Où les cœurs s’éprennent

D'après les scénarios des Nuits de la pleine lune et du Rayon Vert
Éric Rohmer / Thomas Quillardet
Cie 8 Avril

Théâtre
Du 23 au 25 mai
Dates
  • 23 mai 2018 - 20:00
  • 24 mai 2018 - 20:00
  • 25 mai 2018 - 20:00
Réserver Tarifs

Présentation

« Tout est fortuit, sauf le hasard » Éric Rohmer
« Ah que le temps vienne, Ou les cœurs s’éprennent » Arthur Rimbaud

Les films d’Éric Rohmer nous touchent parce qu’ils sont simples. Sans morale, sans jugement, le cinéaste nous donne à voir des personnages entiers, en quête d’un idéal. Comme une phrase proustienne, ses films montrent le mouvement de balancier de nos vies qui oscille sans cesse entre enthousiasme et déception. Dans ces deux scénarios, déjà revendiqués chez Rohmer comme théâtraux, les mêmes motifs au sein du couple : Delphine cherche à réinventer son indépendance et Louise ne lâchera jamais son idéal. Dans Les Nuits de la pleine lune, Louise vit à Marne-la-Vallée avec Rémi. Contrairement à lui, elle aime sortir le soir. Pour préserver leur amour, leur liberté, elle décide d’aller vivre à Paris ; elle y restera les vendredis. Courtisée par Octave, elle rencontre Bastien… Dans Le Rayon vert, Delphine reçoit un coup de fil… Les vacances qu’elle avait prévues tombent à l’eau. Seule en plein été à Paris, elle cherche en vain une alternative qui la satisfasse. Elle rêve d’amour, se plaint de sa solitude… Thomas Quillardet s’amuse. Les héroïnes des deux comédies rayonnent, les scènes s’enchaînent avec bonheur, les repas, les scènes de plage, le soleil, l’amour. Une bouffée d’air frais.

Pour les personnes déficientes visuelles, une audiodescription est prévue le jeudi 24 mai, par Juliette Soulat de la compagnie Les Souffleurs de mots.
Plus d’informations ici

Découvrez ce spectacle et son making-of grâce au reportage réalisé par ARTE  ici

Repas d’après-spectacle le jeudi 24 mai : nous vous proposons un prolongement gourmand de la soirée avec un repas partagé avec les artistes et l’équipe du théâtre, à l’issue du spectacle, dans la Petite Salle du théâtre.
Tarif unique : 13€
Plus d’informations en écrivant à public@theatrelarenaissance.com et réservation
ici

Grande Salle
Durée : 2 h
Conseillé a partir de 13 ans

 

Générique

D’après les scénarios de Les Nuits de la Pleine Lune et de Le Rayon Vert d’Eric Rohmer
Mise en scène Thomas Quillardet
Adaptation collective pour Les Nuits de la Pleine Lune
Adaptation pour Le Rayon Vert Marie Rémond et Thomas Quillardet
Lumières Nadja Naira
Scénographie James Brandily assisté de Long Ha et Fanny Benguigui
Constructeur Pierre-Guilhem Coste
Costumes Frédéric Gigout
Régie générale Camille Jamin

Avec Benoit Carré, Florent Cheippe, Guillaume Laloux, Malvina Plégat, Marie Rémond, Anne-Laure Tondu, Jean-Baptiste Tur

Site internet de la Cie 8 Avril

Administration Bureau Produire / Cédric Andrieux et Claire Guièze.

Production 8 avril
Coproduction Le Théâtre de Saint-Nazaire- Scène Nationale
Avec le soutien du Ministère de la Culture – DRAC Ile-de-France, de l’ADAMI, d’Arcadi Île-de-France, du petit bureau, du Fonds d’Insertion professionnelle de l’Académie – ESPTL, DRAC et Région ALPC, du Théâtre de Choisy-le-Roi – Scène conventionnée pour la diversité linguistique pour son accueil en résidence

Remerciements : Théâtre Firmin Gémier – La Piscine à Antony, La Colline – Théâtre national, L’Odéon – Théâtre de l’Europe, Théâtre Ouvert

Ce projet est né grâce à une résidence à l’Atelier du Plateau dans le XIXème arrondissement de Paris

En images

Autour du spectacle

  • Audiodescription le  jeudi 24 mai par Juliette Soulat de la compagnie Les Souffleurs de mots. 
  • Repas d’après-spectacle le jeudi 24 mai. Un prolongement gourmand de la soirée avec un repas partagé avec les artistes et l’équipe du théâtre. Tarif unique : 13€
    Plus d’informations en écrivant à public@theatrelarenaissance.com et réservation ici

 

Presse

Beau reportage ARTE sur le spectacle


« Thomas Quillardet fusionne Les Nuits de la pleine lune et Le Rayon vert de Rohmer dans une même pièce de théâtre. En suivant les parcours sentimentaux de Louise et Delphine, le metteur en scène nous offre deux portraits de femmes touchants et drôles en évitant l’écueil de la mièvrerie.« 
« Si Rohmer m’était joué… » article de Bénédicte Fantin paru dans Les Trois Coups


« Face à Anne-Laure Tondu – Louise, la battante libérée qui ne l’est pas tant que ça –, Marie Rémond (qui cosigne l’adaptation du Rayon vert) est Delphine, l’effacée, qui, à force de se chercher en vain elle-même, finira peut-être par se trouver. Faisant leurs les répliques, paraissant les inventer en direct (ils ont travaillé en partie en improvisations), ces jeunes artistes irradient tous la scène et la salle. Charmeurs, enchanteurs. Lumineux. »

« « Où les cœurs s’éprennent », l’amour d’après Rohmer » article de Didier Méreuze paru dans La Croix


« Cette adaptation théâtrale, porte un souffle de liberté et une tonicité joyeuse, qui semblent issus (comme parfois chez Rohmer) d’un travail d’improvisation des acteurs. Sans être ancrés dans des références cinématographiques, les sept très bons comédiens, parmi lesquels on peut saluer particulièrement les interprétations des deux “ héroïnes”, Anne – Laure Tondu (Louise) et Marie Rémond (Delphine), portent avec fidélité et justesse les accents et l’esprit rohmeriens à la scène. »

« Thomas Quillardet porte Eric Rohmer à la scène » article de Jean Chollet paru dans WebThéâtre