Love love love

Mike Bartlett | Nora Granovsky
Cie BVZK

Théâtre
13 au 15 février
Dates
  • 13 février 2020 - 20:00
  • 14 février 2020 - 20:00
  • 15 février 2020 - 19:00
Réserver Tarifs

Présentation

Un titre à fredonner sur l’air culte des Beatles… 1967 à 2011, scan d’une génération, portraits d’individus en proie à leurs problématiques existentielles…

Que reste-t-il de la génération Peace and Love, de cette utopie qui symbolise comme aucune autre l’élan de révolte de la jeunesse ? Comment aujourd’hui réinventer le monde ? Ce récent texte du jeune dramaturge britannique Mike Bartlett, primé au Royaume-Uni et nouvellement publié en France, explore le thème de l’idéalisme à travers la relation entre la génération actuelle et celle des pères.

Au fil d’une écriture concise et percutante, l’auteur expose l’histoire d’une famille en trois parties et trois moments qui reflètent l’évolution politique britannique. 1967 : Londres, Kenneth et Henry, deux frères étudiants, rencontrent Sandra.1990 : fin des années Thatcher, parents de deux enfants, enlisés dans un quotidien aliénant, Kenneth et Sandra se déchirent. 2011 : crise des valeurs et incertitude politique, la famille règle ses comptes.

Les personnages sont traversés par une onde de choc et une tension que Nora Granovsky matérialise et transpose dans un espace épuré. Un jeu précis, jubilatoire et puissant, des effets sonores savamment orchestrés, des lumières et de la vidéo, véritable respiration poétique, permettent à la metteuse en scène une imbrication implacable de l’intime et du politique. Une radiographie saisissante!

Grande Salle
Durée : 2h
Conseillé à partir de 14 ans

 

Présentation sonore réalisée par la bibliothèque sonore de Lyon :

Autour du spectacle

Bord de scène avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation vendredi 14 février.

Distribution

Texte Mike Bartlett
Traduction Blandine Pélissier, Kelly Rivière
Mise en scène Nora Granovsky
Vidéo, scénographie Pierre Nouvel
Lumières Fabien Sanchez
Son Antoine Pesle
Costumes Nora Granovsky
Régisseur général Benoît André
Régisseur son Simon Leopold

Avec Émile Falk-Blin, Jeanne Lepers, Bertrand Poncet, Juliette Savary

 

Production déléguée BVZK. Coproductions Comédie de Picardie, Ville de Lille – Maisons Folie de Lille. Avec l’aide de la DRAC Hauts de France, du Conseil départemental du Pas-de-Calais, de l’Adami, du Conseil régional Hauts de France, et le soutien du Manège – Scène nationale de Maubeuge, du Théâtre Ici et Là – Centre culturel de Mancieulles. Nora Granovsky est artiste associée à la Comédie de Picardie.
Love love love de Mike Bartlett est représenté dans les pays de langue française par l’agence DRAMA-Suzanne Sarquier www.dramaparis.com en accord avec The Agency à Londres ; Love love love suivi de Bull de Mike Bartlett (trad. Blandine Pélissier & Kelly Rivière) est publié chez Actes Sud-Papiers (2017).

En images

Autour du spectacle

Bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation vendredi 14 février.

Presse

« Une variation caustique sur l’évanescence des utopies et plus encore sur l’héritage familial »
La Croix – Jeanne Ferney

« Nora Granovsky, excellente directrice d’acteurs […], s’appuie sur un quatuor de grande qualité. »
Figaroscope – Armelle Héliot

Sélection des Inrocks « les 7 spectacles à ne pas manquer cette semaine » :
« Love Love Love de Mike Bartlett est une occasion saisie par Nora Granovsky pour questionner l’effritement des utopies des années 60 en regard de la dure réalité de notre présent. […] Un parcours qui remonte le temps et l’histoire, prend prétexte de tribulations d’une fratrie britannique pour faire le point avec optimisme sur ce fameux Flower Power qui a fait long feu. »
Les Inrocks

« Avec Love, love, love, Nora Granovsky, artiste associée à la Comédie de Picardie, met en scène une famille presque banale, dans une pièce acérée et désespérée. »
L’Humanité – Gérald Rossi

« Jeanne Lepers et E?mile Falk-Blin cre?vent litte?ralement la sce?ne. Quant a? la sce?nographie et a? la mise en sce?ne de Nora Granovsky,[…] on ne saurait mieux la complimenter qu’en fredonnant les airs tre?s « brit pop » en sortant de la pie?ce.»
arts-in-the-city.com – Hélène C.

« La mise en scène de Nora Granovsky donne une belle dynamique à la pièce. […] Des interprétations très belles, très réussies […] »
regarts.org – Bruno Fougniès

« Une mise en scène de Nora Granovsky, jeune femme qui a l’autorité et l’intelligence indispensables. »
Le Figaro – Armelle Héliot

« Dans une scénographie de Pierre Nouvel usant du juste nécessaire (il signe également les vidéos), la mise en scène de Nora Granovsky déploie sens du concret et entrain. Précise, centrée sur le jeu d’un quatuor d’acteurs talentueux, elle investit tous les espaces de drôlerie qu’offre le texte sans oublier d’éclairer ses parts de violence, de noirceur et de désespérance. »
La Terrasse – Manuel Piolat Soleymat

«Au Belleville est repris, pour notre plaisir de théâtre la pièce anglaise LOVE LOVE LOVE de Mike Bartlett. On y retrouve dans une mise en scène élégante de Nora Granovsky la chronique grinçante d’une famille anglaise de 1967 à 2011. »
toutelaculture.com – David Rofé-Sarfati

«la saveur de ce texte acide est portée par un quatuor de jeunes comédiens que Nora Granovsky dirige de manière très juste, très libre, qui fait penser au groupe TgStan »
artistikrezo.com – Hélène Kuttner

« Absolutely marvelous ! […] Jeanne Lepers […] joue à merveille : elle crève le plateau, pour ne pas dire l’écran… […] La scénographie de Pierre Nouvel use de la vidéo avec le juste nécessaire.  »
http://lagrandeparade.com – Guillaume Chérel

« […] le jeu, très ancré, très terre-à-terre en un sens – et dans le bon, voire le très bon – d’Emile Falk-Blin (Henri, mais surtout Jamie) et de Juliette Savary (Rose) contraste avec l’ironie dandy et la légèreté déconcentrée des parents (Bertrand Poncet et Jeanne Lepers : Ken et Sandra) sans aucun doute superficiels par profondeur, comme le finale semble nous le suggérer […] »
revue-etudes.com – Yvon le Scanff

« Parmi une belle distribution, on reste ébahi par le jeu de Jeanne Lepers, quelque part entre Harold Pinter et Absolutely Fabulous. »
Le Courrier picard – Tony Poulain

«Plume acérée, le dramaturge anglais esquisse un portrait au vitriol de ces adultes sacrifiés sur l’autel de la mondialisation et signe une pièce douce-amère terriblement drôle, sensiblement mélancolique, que la mise en scène fine, enjouée, de Nora Granovsky souligne avec ingéniosité. »
Mediapart – Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

«La mise en scène de Nora Granovsky, en jouant l’onirisme plus que le réalisme par quelques détails scénographiques, réalisés par Pierre Nouvel, […] permet au spectacle de dépasser le simple drame familial et lui offre une dimension sociétale qui ouvre la réflexion et apporte une toute autre dimension. […] Un spectacle qui sait être un bon divertissement au service d’une vraie réflexion. »
www.froggydelight.com – Cécile B.B.