Théâtre

MALADIE DE LA JEUNESSE

Ferdinand Bruckner / Philippe Baronnet

Cie Les Echappés vifs

Cette pièce de 1926, au dialogue tendu, à la forme sèche mais séduisante, étonnamment moderne, n’a rien perdu de son acuité voire de son actualité.

Vienne, dans l’entre-deux-guerres. Une pension d’étudiants. La chambre de Marie. Quatre jeunes femmes et trois hommes. La plupart terminent leurs études, Marie s’apprête à fêter son doctorat de médecine. Marie aime Petrell qui aime Irène ; Irène trahit Marie en cédant à Petrell ; Désirée s’est lassée de Freder et tente de récupérer Marie ; Alt veut peut-être séduire Marie ; Freder joue avec la bonne, Lucy, en attendant que Marie tombe dans ses bras. Mais pas de galanteries ni de marivaudage, il est question ici de pulsions et de machinations qui bousculent les personnages les uns vers les autres. C’est la porte de la vie qui se ferme : vague à l’âme ou vrai désespoir entretenu par des manipulateurs qui souhaitent profiter de cette jeune chair. Trouver sa place dans le monde pour Bruckner, c’est « s’embourgeoiser ou se tuer » : il y a d’un côté ceux qui veulent continuer à croire en un futur possible – les idéalistes – et de l’autre les êtres trop faibles, manipulés ou sacrifiés – les victimes –.

 

Au moment de l’avènement d’Hitler au pouvoir, les personnages se lancent d’étranges défis et se livrent à une vertigineuse joute d’esprit. En un instant, ils passent d’une maîtrise absolue du langage à l’expression la plus maladroite d’une pulsion physique. Compromission, embourgeoisement, abandon des idéaux, tentation du néant : la jeunesse chez Bruckner se débat dans un monde désorienté. Dans ce texte violent, l'auteur diagnostique une maladie qui pourrait être celle de notre jeunesse dans l’Europe en crise actuelle, et livre aussi le portrait de l’adolescence éternelle, mélancolique et tourmentée qui se frotte à toutes sortes de limites.

distribution

De Ferdinand Bruckner
Traduction Henri Christophe, Alexandre Plank
Mise en scène Philippe Baronnet
Scénographie, costumes Estelle Gautier
Lumières Lucas Delachaux
Son Julien Lafosse
Regards et collaboration Jérôme Broggini

 

Avec Clémentine Allain, Thomas Fitterer, Clovis Fouin, Louise Grinberg, Félix Kysyl, Aure Rodenbour, Laura Segré

 

Production déléguée : Les Echappés vifs

Coproduction : Le Préau Centre dramatique de Normandie-Vire, le CDN de Haute-Normandie-Rouen

Avec la participation artistique du Studio-ESCA

Avec le soutien de la DRAC de Normandie, de la région Normandie et du département du Calvados. Avec l'aide de l'Adami. Les Echappés vifs, compagnie implantée à Vire, est associée avec le Préau de 2016 à 2018. Les Théâtrales et la Maison Antoine Vitez coéditent le texte dans la collection Des classiques.

la presse en parle

"Brukner photographie la société de son temps dans les moindres tensions [et] le metteur en scène Philippe Baronnet en orchestre avec fougue et brio le tourbillon de scènes courtes. Toute sa petite bande plonge avec la même fringale dans cette matière théâtrale foisonnante de personnages, d'émotions extrêmes et contradictoires, de cocasseries comme d'arguties philosophiques."

Télérama - Emmanuelle Bouchez

 

"Remarquable spectacle! Philippe Baronnet réunit une troupe homogène de très talentueux comédiens qui excellent à ressusciter les errements de la jeunesse. Une mise en scène d'une fluidité et d'une force rare!" 

La Terrasse - Catherine Robert 

 

"L'envie de théâtre n'est pas éteinte. Des troupes fraîches s'avancent. Les Echappés vifs proposent Maladie de la jeunesse de l'autrichien Ferdinand Bruckner [...] Ce précis de décomposition, au fil d'un dialogue sec, tranchant, sans faux-fuyant, est mené tambour battant [...] Le charme fort du spectacle tient à la justesse mélodique de la figuration de la violence, jumelée à des discours réflexifs coupants, sans la grâce du pathos, d'où l'impression de vérité criant [...] Tous les rapports de force du désir dans ses emportements contradictoires sont ainsi mis à nu, explorés dans la plus amère élégance, et l'on se dit qu'il va falloir sans doute compter avec Philippe Baronnet et les siens."

L'humanité - Jean-Pierre Leonardi

 

 

autour du spectacle

- Lever de rideau : mercredi 1er février à 19h par le Big Band du Conservatoire de Lyon

- Avant-propos jeudi 2 février à 19h par l'association "Les Médiations Philosophiques"

- Bord de scène avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation du jeudi 2 février

1

© Olivier Allard

3 2 4

dates

01 février 2017 > 20h00

02 février 2017 > 20h00

03 février 2017 > 20h00

tarifs / informations

Grande Salle

Durée : 1h55

Tarifs à l'unité : de 5 à 24€

Avec Pass : de 7 à 10€

documents à télécharger

Dossier de presse

extrait vidéo